samedi 19 octobre 2019

SUITE FRANCAISE - Théâtre La Bruyère - Le regard de Corinne

LE DILEMME
Le regard de Corinne


Virginie Lemoine tombe sur les livres d'Irène Némirovsky en 2004, date de l'attribution, à titre posthume, du prix Renaudot à l'auteure. Bouleversée par le destin tragique de la romancière, elle décide, épaulée par Stéphane Laporte, d'adapter au théâtre "Suite Française". 

Ce spectacle est présenté pour la première fois en 2018 au Festival Off d'Avignon, où il est bien accueilli. Il est actuellement repris au Théâtre La Bruyère où il est également possible de voir "Tempête en juin", le premier volet des cinq livres imaginés par Irène  Némirovsky. Malheureusement, elle ne pourra rédiger les trois derniers car arrêtée en 1942, elle est déportée à Auschwitz où elle décédera.

"Suite Française" se déroule dans la petite ville de Bussy, sous l'occupation allemande. La maison de Madame Angellier est réquisitionnée pour loger le jeune commandant Bruno Van Falk. Loin de l'image que l'on se fait de l'envahisseur, se présente un jeune homme cultivé, bien élevé et respectueux. La propriétaire des lieux, dont le fils unique est fait prisonnier, lui réserve un accueil glacial contrairement à sa belle fille Lucille, sensible à l'attrait de cet homme. La réciproque est vraie. Très vite ils sont mutuellement attirés.


Virginie Lemoine met en scène avec finesse et sensibilité cette romance où les contradictions et les ambiguïtés de l'âme humaine sont explorées. Le tandem Lucille/Bruno, que tout devrait opposer en cette période trouble, marqué par la solitude, a un besoin irrésistible de la présence de l'autre. Le décor, judicieusement imaginé, favorise cette intimité, cette proximité recherchée. On évoquera juste la scène où Bruno joue du piano pour Lucille dans cette pièce plongée dans une semi obscurité, que le public voit à travers un voile, moment d'intimité volée. Pourtant, malgré cette envie de l'autre, la raison va l'emporter. La culpabilité, vis-à-vis de sa belle-mère, vis-à-vis de sa patrie, empêche Lucille de sauter le pas et Bruno, tout en retenue, respecte cette décision.

A côté de ces deux personnages, on fait la connaissance de quelques habitants. Confrontés à un fait de résistance, la perspective de représailles entraîne des comportements révélateurs des personnalités. Les masques tombent. Peut-être est-ce pour Lucille l'opportunité d'entrer en résistance là où d'autres font le choix de collaborer?

Cette tranche de vie, en période de guerre, est interprétée avec réalisme. L'émoi, le trouble de Lucille (Florence Pernel) et de Bruno (Samuel Glaumé) sont perceptibles. La froideur, l'âpreté à l'égard de sa belle fille et du commandant ou l'idolâtrie pour son fils sont des traits de caractère bien marqués chez Madame Angellier (Béatrice Angenin). Le tableau ne serait pas complet sans la servante (Emmanuelle Bougerol) qui apporte une vraie fraîcheur et la femme du notable (Guilaine Londez) dont il est préférable de se méfier.

Bref, cette palette de personnages, joués avec justesse par les comédiens, offre une belle représentation de la vie d'un village en temps de guerre.

Suite française, d'après le roman d'Irène Némirovski, adaptation Virginie Lemoine et Stéphane  Laporte, Mise en scène : Virginie Lemoine avec Florence Pernel, Béatrice Agenin, Guilaine Londez, Samuel Glaumé, Emmanuelle Bougerol, Cédric Revollon ou Gaétan Borg.

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Théâtre La Bruyère
5 Rue La Bruyère 75009 Paris
Du 10 septembre 2019 au 4 janvier 2020


Aucun commentaire:

Publier un commentaire