dimanche 14 juillet 2019

GARDIENNES

HISTOIRES DE FEMMES

*****



Fanny Cabon nous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas mais devraient connaître. Dans cette chronique de la conditions féminine elle dresse 10 portraits de femmes d'une lignée familiale. Une plongée dans la vie intime des mères de 1920 à nos jours, avec beaucoup de tendresse.

Finalement, que savons-nous de ce que fut la vie de nos mères, grand-mères, arrières-grand-mère au début du siècle. Rares sont celles qui se sont ouvertement exprimées sur leur parcours de femme. Amour, sexualité, parentalité, dans ma famille on n'évoquait jamais ces sujets. A une époque qui ne connaissait pas la contraception ma grand-mère adorée n'a eu qu'une fille unique. A l'écoute des témoignages portés par Fanny Cabon, cela relève de l'exploit. A moins que ma Mémé n'ait eu moult recours à des pratiques illégales. Je ne connaîtrais jamais cette vérité.

Dans un seul en scène poignant Fanny Cabon livre dix récits parfois drôles, toujours bouleversants, de femmes d'une lignée familiale. Amour, sexualité, enfantement, plaisir, désir, fausses-couches, avortement. Autant de sujets tabous dans la plupart des familles comme dans la mienne. 

Au départ il y a Mémé Titine. Avec Pépé ils eurent 7 enfants dont 6 filles...et 7 qui ne sont pas nés. Il y eu Jacqueline, Yvonne, Micheline, Monique, Denise, Jeanine. Puis leurs propres filles dont Catherine et Laurence, et enfin Elle, celle qui va réunir leurs témoignages, leurs paroles pleines de bon sens et d'amour, de tendresse et de poésie.

Les 6 filles nous parlent d'une époque pas si lointaine où l'avortement, bien qu'illégal ("L'Eglise, Ogino et Petain ils en ont fait du mal aux femmes") faisait partie du quotidien des femmes. Pas de celui des hommes qui imposaient les lois et les relations sexuelles mais qui ne voulaient pas savoir comment leurs épouses et leurs maîtresses géraient les conséquences de ces choix politique et de ces actes. Pour les générations qui n'ont vécu que l'âge de la pilule et de la loi Veil, comment imaginer ce que nos aînées ont vécus.

L'amour subi, la solitude et la solidarité féminine, les risques mortels encourus, les douleurs physiques et psychologiques (parce qu'aucune femme n'avorte par plaisir il est nécessaire de le rappeler), le désir, le plaisir ou son absence (parce que faire l'amour c'était à chaque fois la peur de tomber à nouveau enceinte et de devoir à nouveau faire ce qu'il faut pour ne pas garder cet enfant que la famille ne peut pas accueillir), l'amour filial. Toutes ces paroles Fanny Cabon nous les livre avec chaleur, tendresse, sans jamais tomber dans le pathos. Les mots sont parfois crus, souvent poétiques.

Avec pour seul décor une sorte de large escabeau, sur un fond noir et dans une ambiance très intime la comédienne donne vie à ses dix femmes, gardiennes de la vie, gardiennes des secrets, gardiennes des corps, chacune étant représentée par un accessoire de couleur rouge. Rouge comme le sang, celui des règles, celui des hémorragies, celui de la vie. Fanny Cabon est fascinante tant par le récit des ces vies que par son interprétation toujours juste.

En bref : Un spectacle salutaire, instructif, magistral. Des récits bouleversants que tous et toutes devraient entendre. Sans pathos mais avec beaucoup de bon sens et de tendresse, un seul en scène remarquable de Fanny Cabon. 

Gardiennes, de et avec Fanny Cabon, mis en scène par Bruno de Saint Riquier

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Avignon Festival Off 2019
Théâtre des 3 Soleils
4 Rue Buffon 84000 Avignon
Du 5 au 28 juillet 2019 - 20h00 - Durée : 1h15
Relâche le lundi

Aucun commentaire:

Publier un commentaire