samedi 5 août 2017

LE JARDIN D'ALPHONSE

"LA JOURNÉE DE LA TORGNOLE"
****


Le jardin c'est celui du défunt Alphonse. Nous y retrouvons la famille Lemarchand et leurs plus proches amis pour le repas qui suit l'enterrement du patriarche. Comme souvent dans les familles c'est lors de ce type d'événement que se réunissent ceux qui parfois ne se sont pas vus depuis plusieurs années. Jean-Claude, nouveau chef de famille, profite de cette journée pour annoncer à ses trois enfants qu'il souhaite leur léguer la maison de famille. Magali sa fille rétorque qu'elle n'en veut pas de sa part sur cette maison. Elle lance ainsi la "journée de la torgnole". Au cours de l'heure qui suit tous vont en finir avec les non-dits, faire craquer le vernis des apparences, lâcher les rancœurs si longtemps enfouies, délivrer les petits et grands secrets. Jusqu'à Alphonse qui par-delà les cieux leur adresse un dernier message.


Rien de bien nouveau donc dans cette situation de famille. Et pourtant Didier Caron a réussi à éviter tous les clichés. On ne s'ennuie pas une seconde et on rit beaucoup. Le texte est truffé d'humour, de bons mots, de répliques parfois acerbes mais toujours fines, de clin-d’œil à la société française de 2017. On y voit une famille reconstituée, des demi-frères et demi-sœur, des communautés religieuses qui se côtoient dans la convivialité, un couple de lesbiennes, un anarchiste et un libéral, des couples en crise, des individus en quête de racine, qui ont besoin de savoir d'où ils viennent pour pouvoir aller plus loin. (Bon je ne vous cache pas que ça manque encore de diversité pour être vraiment le miroir de la France de 2017, mais c'est un autre débat).

C'est avant tout une comédie où toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Les neuf personnages sont parfois caricaturés mais jamais on ne tombe dans la lourdeur ni le rire gras. Chacun d'eux nous parle, nous rappelle quelqu'un dans notre entourage ou une situation déjà vécue. La réussite de cette comédie ne tient pas qu'à la qualité de la plume de Didier Caron. Les neuf comédien.nes sont tous justes. Les personnalités sont bien définies, l'interprétation est naturelle, la complémentarité parfaite, l'émotion sincère. Et puis il y a ce décor d'une grande beauté, si bien réalisé qu'on sent le souffle du vent qui secoue le pin parasol venir nous soulever les cheveux. Malgré la tempête qui secoue les protagonistes on aspire à se poser avec eux à l'ombre de l'arbre plusieurs fois centenaire.

En bref : Dans le jardin d'Alphonse on rit, on cri, on pleure, on s'aime, on se déchire, on se cherche, on se provoque, on se chamaille, bref, on vit. Et comme on est en France, tout se termine en chanson. Une halte s'impose dans ce jardin qui appelle à la paix et à la sérénité à l'ombre de son pin parasol.

Le jardin d'Alphonse, de Didier Caron, mise en scène de l'auteur de de Véronique Viel, avec Julia Dorval, Sandrine Le Berre, Véronique Viel, Michel Feder, Arnaud Pfeiffer, Didier Caron, Karina Marimon, Christiane Ludot, Romain Fleury.

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
38 Rue des Mathurins 75008 Paris
Du mercredi au samedi 21h - samedi matinée 16h
Relâche le 9 août remplacé par le 8 août


Aucun commentaire:

Publier un commentaire