mardi 27 novembre 2012

LA CANTATRICE CHAUVE

UN CLASSIQUE DE LA SCENE PARISIENNE

***

UN MYTHE PARISIEN 

Comme tout Parisien qui se respecte cela fait deux ans que notre groupe d'amis se dit, de temps en temps : « Il faudra qu'on y aille un jour». Mais la Huchette c’est un peu comme la tour Eiffel ou les bateaux-mouches : les provinciaux de passage en raffolent, les Parisiens ne manqueront pas d’y aller… plus tard. Et puis Ionesco, certains y vont à reculons, pour faire plaisir aux copains. Et puis un jour un membre du groupe, qui entame son parcours littéraire, lit Ionesco et tombe sous le charme de ce chantre de l'absurde. Alors on ne peut plus reculer et rendez-vous tous samedi soir à La Huchette, mais nous laisserons "La Leçon" pour une autre fois.

THÉÂTRE DE L'ABSURDE

"La Cantatrice Chauve" est la première pièce de Ionesco. L'idée lui en vient alors qu'il essaie d'apprendre l'anglais par la célèbre méthode Assimil : des dialogues sobres mais un étrange entrainement des phrases sans rapport, la première étant la célèbre "my tailor is rich". La pièce devait s'appeler "L'anglais sans peine", mais un lapsus du comédien jouant le pompier remplace "l'institutrice blonde" par "la cantatrice chauve".

Le titre reste et à la leçon d'anglais se superpose une critique d'une certaine société britannique avec une bonne dose d'absurde qui devient le moteur de la pièce.

Ionesco utilise quatre outils pour donner un aspect ridicule : la répétition, les coïncidences, les clichés et la contraction. Le tout faisant que l'on se retrouve souvent dans un univers bizarre, parfois inexplicable.

UN PETIT THÉÂTRE HORS NORMES

Au coeur du quartier Saint Michel, perdue au milieu des restaurants de toutes nationalités (avec une forte majorité de grecs), un petit théâtre qui ne paie pas de mine. Pas de luminaires clinquants mais une foule dense tous les soirs pour remplir les petites rangées serrées de la salle.

Il n'en a pas toujours été ainsi, tout du moins lors des premières représentations la pièce fut boudée, jusqu'à ce qu'en 1957 le tout Paris ne commence à se bousculer pour écouter ce texte qui bouscule les règles du théâtre.


UN RECORD DE LONGÉVITÉ

Ce soir-là c'était la 17.436ème représentation. La 20.000 ème est dans la ligne de mire. Notre groupe est reparti partagé : il y a les fans, ceux qui ont rit, ceux qui ont apprécié et ceux qui ont détesté. Parce que le théâtre de Ionesco ne laisse personne indifférent, et c'est peut-être une des clés de ce succès depuis plus de 50 ans.

A mon goût cette version dite au plus près de celle voulue par l'auteur manque un peu de peps, de dynamisme, de rythme. Dommages que le pompier ait un peu saboté son texte par trop de précipitation au détriment de la diction.



En Bref : il faut l'avoir vu dans cette version et dans cette salle au moins une fois dans sa vie.



C'EST OU ? C'EST QUAND ?

23 Rue de la Huchette
Tous les jours du mardi au samedi, à 19h et 20h.

La Cantatrice Chauve – La Leçon

d’Eugène IONESCO


19h : La Cantatrice Chauve, mise en scène de Nicolas BATAILLE

20h : La Leçon, mise en scène de Marcel CUVELIER
Avec les comédiens du Théâtre de La Huchette, en alternance.



Vu le 24 novembre 2012
Crédit photo @Benjamin Meignan

Aucun commentaire:

Publier un commentaire