dimanche 22 septembre 2019

LA DAME DE CHEZ MAXIM- Théâtre de la Porte Saint Martin

UNE DAME QUI NE SÉDUIT QU'A MOITIE
***


Après sa mise en scène du Système Ribadier à la Comédie Française saluée par la critique et le public Zabou Breitman a choisi à nouveau Feydeau pour le Théâtre de la Porte Saint Martin. Avec une distribution prestigieuse. Mais de bons comédiens suffisent-ils à donner de l'intérêt à un texte désuet ?

QUIPROQUOS A FOISON

Le pitch est simple et compliqué comme toujours dans un vaudeville. Le docteur Petypon se réveille sous son canapé au lendemain d'une nuit bien arrosée. Dans son lit La Môme Crevette, danseuse du Moulin Rouge. Par une série de quiproquos Petypon fait passer la danseuse pour son épouse au cours du mariage d'une cousine. A la fin tout rentre dans l'ordre, Petypon obtient le pardon de sa femme et sauve son train de vie obtenu grâce à l'argent de son épouse à l'apparence revêche, ainsi que son héritage de la part de son oncle le Général. Ce dernier repart en Afrique couler des jours heureux avec La Môme Crevette.

Il n'y a pas grand-chose à reprocher au quatuor de comédiens qui se démène avec une belle énergie pour donner à la pièce le rythme propre au genre. Celui n'est pas toujours réussi d'ailleurs, pas tant par la faute des comédiens que de celle des artifices de mise en scène qui ne tombent pas toujours à pic. Ainsi le duel factice ou l'accélération façon film muet. 

UN QUATUOR DANS LE TEMPO

Micha Lescot promène sa grande stature avec aisance dans le rôle du médecin Petypon qui est rapidement dépassé par la situation. André Marcon est impérial en Général pris d'une seconde jeunesse. Anne Rotger est impeccable de rigidité et de folie extatique dans le rôle de Gabrielle Petypon. Enfin Léa Drucker est une truculente et irrésistible Môme Crevette à la gouaille parisienne et l'énergie tourbillonnante.

Mais malgré quelques scènes hilarantes (la double apparition de l'ange), malgré ou à cause des partis pris de mise en scène qui veulent casser les codes (les provinciales, les changements de décor, l'intermède chanté de la Môme) la folie Feydeau n'est pas présente. On sourit, on rit un peu, on s'ennuie parfois

En bref : un bon casting et un quatuor de comédiens bien dans leurs rôles ne suffisent pas à masquer le vide du texte. Une mise en scène qui ne convainc pas. Et au final toujours la même question : quel est l'intérêt de monter ces textes vieillots et vieillis. Les amateurs du genre seront certainement néanmoins séduits par cette proposition.

La Dame de chez Maxim, de Georges Feydeau, mise en scène de Zabou Breitman, avec Léa Drucker, Micha Lescot, André Marcon, Eric Prat, Christophe Paou, Anne Rotger, Reinhardt Wagner, Valérian Béhar-Bonnet, Philippe Caulier, Ghislain Decréty, Solal Forte, Constance Guiouillier, Pierre-Antoine Lenfant, Damien Sobieraff, Pier-Niccolo Sasseti, Madlyn Farjot, et la participation des élèves du studio d'Asnières

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Théâtre de la Porte Saint Martin
10 Boulevard Saint Martin 75010 Paris
Du 10 septembre au 10 novembre 2019


Aucun commentaire:

Publier un commentaire