mercredi 7 novembre 2018

L'OCCUPATION - Théâtre de l'Oeuvre

SUBLIME ROMANE BOHRINGER
****



Elle entre sur scène, l'air de rien, un mug à la main, lance un disque, vérifie d'un oeil distrait la disposition des accessoires, ressort. après l'installation de Christophe "Disco"Minck, le musicien qui l'accompagne en live. Elle revient, une livre à la main, se dirige vers un micro, lit quelques lignes, pose le livre et devient cette quadra qui vit un moment crucial de sa vie sentimentale. Pendant un peu plus d'une heure Romane Bohringer incarne avec magnificence la femme jalouse qu'à décrit Annie Ernaux. Quelle belle rencontre.

DÉSIR ET JALOUSIE

Elle est belle et sensuelle. Elle est cette femme qui après de belles années de vie commune a décidé de quitter cet homme qu'elle a aimé mais auprès duquel, au bout de 6 ans, elle s'ennuyait. Ils ont gardé de bonnes relations, se voient souvent. Et un jour il lui annonce qu'il déménage. Ou plutôt qu'il emménage avec une autre femme. Et soudain la voilà toute "occupée" par l'image affabulée de cette autre, de la nouvelle femme de son ex, cette intruse dont il ne livre rien. La jalousie se glisse alors insidieusement dans sa tête et peut-être aussi dans son coeur. "C'est le squat d'une femme que je n'ai jamais vue".

SENSUALITÉ ET MALICE

Avec un peu de malice, pas mal de fougue et beaucoup de seconde degré Romane Borhinger s'empare des mots d'Annie Ernaux et les fait siens. Elle y met de la passion, incarne à merveille la femme jalouse à la limite de l'hystérie et en même temps a ce regards détaché qui analyse avec lucidité le comportement extravagant de cette femme. Elle traite avec humour et parfois un ton décalé les non-sens de ses réflexions, de ses actions, et distille avec réalisme la douleur qui "occupe" l'esprit. "le corps de mon ennemi réincarné dans le corps enseignant !". 

La mise en scène de Pierre Pradinas déroute au départ par l'utilisation de la vidéo. Les images projetée en fond de scène perturbent le texte, le polluent pas ses couleurs, ses mouvements sans rien apporter au propos. Mais passées les 20 premières minutes elles se font moins présentes et laissent la place à l'interprétation. Habillés de lumières chaudes la scène se fait écrin pour l'expression de cette confession. Le rythme joue des élans et des freins des sentiments du personnage. Quelques passages chantés ajoutent au ton décalé façon chanson de corps de garde. L'accompagnement musical de Christophe "Disco" Minck s'articule entre la douceur de la harpe, du piano ou de la guitare et la frénésie de la musique électro.

En bref : Intensément femme Romane Borhinger nous livre un spectacle qui montre toutes les contradictions d'une femme jalouse. Un spectacle sur le corps, le désir, la jalousie, empreint d'humour, de tendresse et de sensualité. Une très belle interprétation à ne pas manquer.

L'occupation, d'après le texte d'Annie Ernaux, mise en scène Pierre Pradinas,avec Romane Borhinger et Christophe "disco" Minck.

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
55 Rue de Clichy 75009 Paris
Du 4 octobre au 2 décembre 2018
Du jeudi au samedi à 19h - dimanche 17h30



Crédit photo @Marion Stalens

Aucun commentaire:

Publier un commentaire