dimanche 11 février 2018

LE JEU DE L'AMOUR ET DU HASARD - mes C. Hiegel - Théâtre de la Porte Saint Martin

UN MARIVAUX EN OR*****





Au théâtre de la Porte Saint Martin les saisons se suivent et se renouvellent. Après "Les femmes savantes" Catherine Hiegel met en scène Marivaux et fait à nouveau appel à des comédiens d'horizons différents. Une réussite presque parfaite.


QUAND LE CŒUR DÉCIDE

Sylvia est promise à Dorante. Un mariage arrangé entre pères. Mais M. Orgon ne saurait imposer à sa fille chérie un mari que son cœur n'aurait accepté. La promise imagine alors un stratagème pour évaluer son promis : avec l'accord de son père elle échangera sa place avec Lisette, sa servante. M. Orgon accepte d'autant plus facilement qu'il a appris que Dorante a imaginé le même stratagème et que c'est son valet qui se présentera sous son nom tandis que lui-même pourra espionner sa future. Sans rien dire à Sylvia, M. Orgon et son fils Mario laisseront faire le jeu de l'amour et du hasard pour laisser les cœurs décider librement de leur penchant. Les identités ainsi dissimulées laisseront-elles les cœurs choisir librement ?

Maîtres et valets s'en donnent à cœur joie dans ce marivaudage cruel qui sous couvert de se jouer des conventions remettra chacun à sa place. Valet et servante auront goûté à la liberté de leur maître et feront contre mauvaise fortune bon cœur en retrouvant leur condition d'origine. Au bout du compte chacun y aura trouvé l'amour et les conventions seront respectées.


UN CLASSIQUE DYNAMISE

Dans le magnifique décor de Goury, une splendide façade d'hôtel particulier avec balcon et jardin verdoyant et fleuri, sublimé par les lumières de Dominique Borrini. La mise en scène de Catherine Hiegel donne à ce classique un regain de modernisme et de fraîcheur. 

C'est le nom de Vincent Dedienne qui a été mis en avant dans la communication. Le grand public le connaît en tant qu'humoriste par son seul en scène "S'il se passe quelque chose" et ses chronique télévisées. C'est oublier qu'il est aussi est excellent comédien drôle et sensible comme j'avais pu le découvrir en 2013 dans "Je marche dans la nuit par un chemin mauvais". Parfaitement dirigé par Catherine Hiegel il est un Arlequin facétieux, au sourire dévastateur, cabotin en diable mais pas insensible. Il forme avec Laure Calamy (Lisette) un duo hilarant, joyeux, tourbillonnant, qui donne un air de jeunesse à ce texte qui n'a par ailleurs pas vraiment vieilli. 

Face à eux le duo Sylvia / Dorante est déséquilibré. Nicolas Maury (Dorante) est soit mal dirigé soit pas du tout à l'aise avec son costume. Son jeune terne et maladroit est contrecarré par la radieuse interprétation de Clotilde Hesme. Elle s'empare du rôle de Sylvia et en rend toutes les subtilités, se faisant cruelle, joueuse, capricieuse, malicieuse, calculatrice, provocante, fine et aristocrate. Alain Pralon est un parfait Orgon malicieux et digne. Quant à Cyrille Thouvenin il complète avec réussite cette belle distribution, sans oublier la violoniste qui rythme les différentes liaisons (Camille Gueirard en alternance avec Vérène Westphal).

En bref : Lorsque les textes classique sont mis en scène et interprétés avec autant de dynamisme et de modernisme c'est un bonheur de les (re)découvrir. Le trio Hesme / Dedienne / Calamy est irrésistible. A savourer avec délice.

Le jeu de l'amour et du hasard, de Marivaux, mis en scène Catherine Hiegel, avec Laure Calamy, Vincent Dedienne, Clotilde Hesme, Nicolas Maury, Alain Pralon, Cyrille Thouvenin, décors Goury, costumes Renato Blanchin lumières Dominique Borrini, chorégraphie Cécile Bon.


C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Théâtre de la Porte Saint Martin
18 Boulevard Saint Martin 75010 Paris
Du mardi au dimanche - Jusqu'au 29 avril 2018


Crédit photo @Pascal Victor

Aucun commentaire:

Publier un commentaire