vendredi 21 juillet 2017

SUR LA ROUTE DE MADISON

POURQUOI ?
**



Francesca Johnson vit dans le fin fond de l'Iowa, état agricole par excellence, surnommé "The corn state" (l'état du maïs). Épouse et mère dévouée elle se retrouve seule pendant 4 jours alors que son mari et ses enfants sont parti à Des Moines, la capitale de l'état, pour la State Fare, la plus importante et plus grande foire agricole des USA. Une solitude qui ne va pas durer car le premier soir s'arrête Robert Kincaid, un photographe pour le National Geographic, qui cherche un vieux pont couvert pour un reportage. Commencent pour les deux quatre jours d'une passion dévorante et sans espoir qu'ils n'oublieront jamais. Francesca restera dans l'Iowa tandis que Robert retournera à New York et de par le monde.

Le roman de Robert James WALLER a été adapté pour le cinéma par Clint EASTWOOD qui partage l'affiche avec Meryl STREEP, nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle. Le film a remporté plusieurs récompenses dans le monde entier, y compris le César du meilleur film étranger.

Il fallait donc oser s'attaquer à ce chef-d'oeuvre de romantisme, de sobriété et de délicatesse. C'est Anne Bouvier qui s'attaque à la mise en scène de cette adaptation. Hélas ce n'est pas une réussite. Pourquoi avoir choisi de donner un accent à Clémentine CELARIE ? La comédienne semble concentrer toute sa concentration sur cette particularité donnée à son personnage en raison de son origine italienne. De fait elle en perd ses capacités de jeu et ne parvient pas à transmettre la complexité des émotions qui traversent Francesca, tiraillée entre sa loyauté envers sa famille et sa passion pour Richard qui est l'homme de sa vie et qu'elle n'oubliera jamais. Face aux faiblesses de cette direction d'acteur Jean-Pierre BOUVIER tire mieux son épingle du jeu, avec une interprétation plus naturelle de Robert, mais en tel décalage avec sa partenaire que le duo n'a pas de crédibilité. A aucun moment ils ne parviennent à faite oublier Clint EASTWOOK ni Meryl STREEP. A leur côté Gérald CESBRON a une présence anecdotique dans le rôle de Richard, le mari.

La scénographie est l'autre gros défaut de cette adaptation. Le plateau tournant imaginé pour représenter l'intérieur et l'extérieur de la maison nous donne le tournis à force de mouvement sans nécessité. Le mur étant transparent, nul besoin de faire pivoter le plateau pour nous monter le peu d'action se déroulant sur le perron de cette maison. Pour une fois on en regrette l'absence de vidéo qui aurait permis de visualiser ce pont couvert à l'origine de cette rencontre.

En bref : Pourquoi cette adaptation qui manque de tout ce qui fait le romantisme et la beauté du film de Clint Eastwood. Dommage pour les deux comédiens qui ont montré à de nombreuses autres occasions leurs qualités. On préférera revoir l'adaptation cinématographique

Sur la route de Madison, adaptation de Didier Caron et Dominique Deschamp d'après le roman de Robert James Waller, mise en scène de Anne Bouvier, avec Clémentine Célarié, Jean-Pierre Bouvier, Gérald Cesbron

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Avignon Off 2017
Théâtre du Chêne Noir
8 bis Rue Sainte Catherine 84000 Avignon
du 7 au 30 juillet 2017 - 19h45 - Durée : 1h30

Aucun commentaire:

Publier un commentaire