mardi 21 février 2017

HOTEL DES DEUX MONDES

RETOUR GAGNANT POUR UN TEXTE INTEMPOREL
***



En 1999 Eric-Emmanuel Schmitt créait au Théâtre Marigny, HOTEL DES DEUX MONDES avec notamment Rufus, Catherine Arditi, Bernard Dhéran. Il revient sur scène au Théâtre Rive Gauche avec une nouvelle distribution. Retour gagnant pour cette réflexion métaphysique.

ENTRE DEUX MONDES

Lorsque Julien Portal (Davy SARDOU) sort de l'ascenseur, comme tous les clients de cet hôtel étrange il ne sait pas comment il est arrivé dans ce lieu ni combien de temps il y restera. Et il n'est pas au bout de ses surprises. Guidé par le docteur S (Odile COHEN) il va croiser 4 personnages au destin suspendu. Le mage Radjapour, Marie, le Président Delbec et Laura le confrontent à ce qu'il a oublié : la vie. De ce séjour entre rêve et réalité, entre doutes et certitudes, trouvera-t-il un sens à ce mystère ?


QUESTIONNEMENT INTEMPOREL

J'ai eu la chance de découvrir ce texte lors de sa création en 1999. Depuis, comme pour beaucoup de spectateurs, il ne m'a pas quittée et je le relis souvent, au point de figurer parmi mes meilleurs souvenirs de théâtre pour l'intense émotion ressentie alors. C'est donc avec une certaine appréhension que j'abordais cette reprise. 

18 ans plus tard le texte n'a pas pris une ride. Cet hôtel suspendu entre deux mondes nous interroge sur notre façon d'appréhender la vie et la mort. Ce temps suspendu pour Julien, Marie, le Mage, le Président ou Laura est une parenthèse, un moment de grâce, une chance qui est donnée à chacun de se repenser, de repenser sa vie, ses actes, ses certitudes. Sauront-ils en tirer profit ? Auront-ils la possibilité de récolter les fruits de leurs réflexions ? Et nous ?

UNE INTERPRÉTATION SENSIBLE

Davy SARDOU se glisse avec bonheur dans la peau de Julien Portal. Le quadra sûr de lui mais désabusé, qui brûle la vie par les deux bouts, reprend espoir grâce à Laura, dynamique Noémie ELBAZ. Elle, boulimique de la vie, et un tourbillon de fraîcheur et d'optimisme. Michèle GARCIA est une Marie réservée qui sait s'affirmer. Hésitante parfois elle est touchante d'humanité et de sagesse. Jean-Jacques MOREAU est un Président Delbec puant de suffisance, inflexible membre d'une élite économique et politique que rien n'ébranle, sur qui tout glisse et convaincu d'être le seul à détenir la vérité, le seul auquel tous les écarts sont dus et qui ne comprend pas l'attitude du Docteur S à son égard. Jean-Paul FARRE a la délicieuse malice du Mage Radjapour. Débonnaire et calme il a fait la part des choses.

Ce petit monde est encadré par 3 figures aussi virginales que mystérieuses. Il y a Gabriel, ou Emmanuel, ou Michel (Günther VANSEVEREN), chacun lui donnant le nom qu'il veut, et l'ange sans nom (Roxanne LE TEXIER). Muets, féminin et masculin, ils ont le regard et le sourire énigmatiques mais inspirent confiance et sont empreints de malice et de compassion. Ils sont les assistants dévoués du Docteur S, magnifique Odile COHEN, porte-parole des deux mondes et responsable de la stricte application des règles...pour mieux parfois s'en affranchir.

Le décor de Stéphanie JARRE rend imposant et un peu écrasant ce mur qui encadre l'ascenseur symbolique. Les variations de lumière sont parfois trop appuyées dans les intentions, voulant dicter les émotions au spectateur. Mais un soin particulier a été apporté à la bande-son qui joue habilement du mystère ou de la réalité.

En bref : une reprise réussie pour cet HOTEL DES DEUX MONDES. Grâce à une mise en scène soignée et à des comédiens sensibles Eric-Emmanuel SCHMITT nous ramène à l'essentiel : la vie.

"La confiance est une petite flamme qui n'éclaire rien, mais qui tient chaud"

HOTEL DES DEUX MONDES, de Eric-Emmanuel Schmitt, mise en scène d'Anne Bourgeois, avec Davy Sardou, Jean-Paul Farre, Jean-Jacques Moreau, Michèle Garcia, Odile Cohen, Noémie Elbaz, Günther Vanseveren et Roxanne Le Texier

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Rue de la Gaîté 75015 Paris
Depuis le 19 janvier 2017
Du mardi au samedi à 21h - Dimanche 15h

Crédit photo @Fabienne RAPPENEAU

Aucun commentaire:

Publier un commentaire