lundi 17 septembre 2018

LE PRENOM - Théâtre Edouard VII

LORSQUE L'ENFANT PARAIT
***


C'est un défi que se lance Matthieu Delaporte, Alexandre de la Patelière et Bernard Murat, respectivement auteurs et metteur en scène de la pièce déjà classique "Le Prénom". Une nouvelle distribution seulement 8 ans après la création de la pièce dans ce même théâtre Edouard VII et 6 ans après la sortie du film, les deux ayant connu le succès que l'on connaît. La pression est donc forte et pèse sur les épaules de ces 5 comédiens et comédiennes.

L'histoire, tout le monde la connaît. Vincent va être père pour la première fois. Invité chez sa soeur Elizabeth et son beau-frère Pierre, en attendant sa compagne Anna et en présence de son ami d'enfance Claude, il annonce le prénom choisi pour l'enfant à naître. Ce sera Adolphe. La soirée va tourner au règlement de comptes. Tous les non dits, toutes les jalousies, tous les secrets, les vérités bien senties jamais exprimés, les mots qui dépassent la pensée (ou pas) vont exploser au cours de cette soirée mémorable. Le prénom n'est que le prétexte à laisser libre champ à l'expression de toutes les vérités. Mais l'amitié reste la plus forte et lorsque l'enfant parait il ou elle réconciliera les amis de toujours.

Patrick Bruel, Valérie Benguigui, Guillaume de Tonquedec, Jean-Michel Dupuis et Judith El Zein ontg marqué le public tant au théâtre qu'au cinéma. Alors il faut faire un effort pour aller voir cette reprise sans a-priori et laisser sa chance à la nouvelle distribution. Une particularité de cette pièce est qu'il n'y a pas vraiment de rôle principal mais 5 rôles importants. Chacun a son moment, sa scène, son monologue. Un équilibre que l'on doit non seulement au texte mais aussi à la mise en scène de Bernard Murat.

Si la cohésion du groupe est bien là dès le départ, on ne peut que noter des différences dès lors que les individualités s'expriment. Jonathan Lambert est Pierre. S'il crie parfois un peu trop fort il incarne globalement avec ce prof de français bourru et en colère. Florent Peyre sort de son registre habituel et est un Vincent crédible, sûr de lui, provocateur, espiègle, malin. La marche est plus difficile à gravir pour Marie-Julie Baup et Lilou Fogli. Pour le rôle de Babou (Elizabeth) comment ne pas penser à la regrettée Valérie Benguigui ? Toutes deux s'en sortent honorablement. Quant à Sébastien Castro il est excellentissime. Hilarant "la Prune", dont le comportement un peu lunaire apporte un peu de légèreté à cette soirée catastrophe, son monologue impose le silence et constitue un moment d'intense émotion.

En bref : Une reprise qui sans atteindre le niveau de l'original offre une belle soirée de théâtre, entre comédie et drame. Exceptionnel Sébastien Castro qui provoque l'hilarité autant qu'il émeut.

C'EST OU ? C'EST QUAND ?
Place Edouard VII
à partir du 7 septembre 2018
du mardi au samedi 21h - samedi matinée à 17h30
Toutes les infos sur le site des Théâtres Parisiens Associés en cliquant ICI



Vu le 06/09/18 (couturière) - Théâtre Edouard VII

Aucun commentaire:

Publier un commentaire