lundi 16 mai 2016

UND

FASCINANTE NATHALIE DESSAY
****


ATTENTE

Une femme attend
Droite comme un "i" et drapée dans sa rouge robe de soirée elle attend
Il est en retard
Qui attend-elle ?
Un mari ? Un fiancé ? Un livreur ? Un ami ? Un signe du destin ? Un concept ? Un fantôme?  Une menace ? Un bourreau ?
Pourquoi refuse-t-elle de lui faire ouvrir lorsque retentit avec insistance la cloche de l'entrée? Par vengeance  ? caprice ? peur ?
Qui est-elle ?
Une amante ? Une aristocrate ? Une femme juive ? Un bourreau ? Une victime ? Une idée? Un spectre ?

REMARQUABLE TRANSITION

Pour son passage au théâtre Natalie DESSAY n'a définitivement pas choisi la facilité avec ce texte de Howard BARKER. Elle-même reconnait ne pas avoir compris tout le texte à la première lecture. Un texte ardu, âpre, qui se livre lentement, se glissant dans nos esprits doucement, presque insidieusement. Avec ce monologue intense et grave le dramaturge britannique nous plonge dans les tréfonds de l'âme humaine, là où se croisent la cruauté et l'humanité. Dans cette joute orale entre cette femme et l'homme que nous ne verrons jamais, c'est une bataille âpre qui se joue. Entre songe et réalité, entre désirs et craintes, les mots résonnent en chacun. Autour de cette femme seule qui appelle et rejette constamment ses serviteurs fantômes, résonnent les bruits d'un monde qui gronde : sonnette insistante, bris de vitres cassées qui ne sont pas sans rappeler la nuit de cristal. La guerre n'est pas que dans les esprits. Elle s'incarne dans les mots, dans les rappels du destin du peuple juif, dans la description de cet homme attendu, espéré, redouté, rejeté, cet homme qui va chercher les Juifs. Vient-il chercher la juive ou l'aristocrate?

PERFORMANCE ET SCENOGRAPHIE IMPRESSIONNANTES

L'interprétation variée de Natalie DESSAY, avec ses différents registres et rythmes, ses ruptures et ses emballements, nous entraîne dans un univers à la Beckett, fait de divagations, de visions inquiétantes, schizophrènes, de phrases décousues, de rage, de peur, de questionnement, de répétitions. Et jamais l'auteur ne donne aucune réponse. Chaque spectateur repart avec son propre questionnement issu de son vécu et de son ressenti. Troublé, secoué.

La mise en scène de Jacques VINCEY offre à Natalie DESSAY le cadre d'une composition éblouissante, captivante. La scénographie de Mathieu LORRY-DUPUY et la musique d'Alexandre MEYER créent un univers étrange, inquiétant. Les dizaines de blocs de glace suspendus au-dessus du plateau déversent en continue une pluie de larmes glacées avant de se détacher et de voler en éclat sur le sol détrempé, comme cette femme qui s'étiole, se redresse, lutte, se défait, tente de retenir un monde, un songe, un désir, un souvenir, un espoir. Dans un coin de la scène un homme, Alexandre MEYER, équipé d'une batterie d'instruments de musique, enveloppe Natalie DESSAY et le public dans une atmosphère troublante.

En bref : Grace à cette fascinante performance dans un écrin visuel et musical envoûtants Natalie DESSAY, sur  un texte retors, beau, qui multiplie les interprétations, effectue un passage réussi à la scène et prouve qu'elle est bien plus qu'une incroyable chanteuse lyrique


C'EST OU ? C'EST QUAND ?

Théâtre Dejazet
41 Boulevard du Temple 75003 PARIS
Du 22 septembre au 13 octobre 2016



Crédit photo @Christophe Raynaud de Lage

Vu  mai 2016 - Théâtre des Abbesses
Mise à jour du 07/08/17

1 commentaire:

  1. et il reste longtemps bien en mémoire! Une sacré performance!

    RépondreSupprimer